Pourquoi le sauna infrarouge,
le guide ultime 2020

Nous sommes allez voir ce que pense la communauté scientifique du sauna infrarouge ?

Dans l’univers du bien-être, le sauna est souvent associé, voire confondu, avec le hammam et parfois même avec le spa (encore appelé jacuzzi). Si les 3 recherchent les bienfaits de la chaleur, le sauna se pratique dans un air sec alors que le hammam dégage une chaleur très humide et le spa implique une immersion dans un bain à remous.

I. Les utilisations traditionnelles de la chaleur

1. Le hammam

Le hammam fait pleinement partie de la culture dans les pays Orientaux, . Depuis des siècles, c'est le lieu du bien-être par excellence. Adaptés au mode de vie citadin, les hammams , empruntés à la tradition de l'Islam, fleurissent aujourd'hui dans toutes les villes de France et également dans nos maisons.


Effets sur la santé

Les bienfaits du hammam sont multiples [1] :

  • la peau devient douce et saine grâce à l’humidité et la chaleur.
  • le système respiratoire se décongestionne grâce à la vapeur. Les bronches et les sinus se dégagent ce qui favorise une meilleure respiration.
  • l’ensemble des douleurs musculaires et des tensions sont soulagés par la chaleur.

Limites du hammam

La plus grande limite du hammam est qu’il nécessite de lourds travaux d’aménagement : il faut une arrivée et une évacuation d’eau, un générateur performant avec des réglages rigoureux de la vapeur afin d’éviter les brûlures liées à des gouttes d’eau bouillantes qui s’écoulent. De surcroît, un hammam nécessite beaucoup d’entretien car l’humidité favorise la prolifération des champignons et des bactéries. Le risque de mycose doit être pris en compte [2]. La température du hammam est de 60°C et 100% d’humidité.

Le hammam est contre -indiqué aux personnes souffrant de problèmes cardiaques, d'hypertension ou d'hypotension et de troubles circulatoires [1, 2]. Si vous souffrez de problèmes rénaux, de diabète, d'épilepsie ou bien que vous êtes enceinte, les bains de chaleurs sont également à éviter [1, 2].


2. Le sauna traditionnel Finlandais

Le mot ” Sauna” provient du finnois, langue parlée en Finlande et signifie «bain». Le sauna est depuis longtemps un mode de vie en Finlande : on estime qu'il y a été inventé il y a plus de 2000 ans. Une des premières descriptions écrites du sauna finlandais date de 1112.

Il se présente sous forme d’une cabine en bois avec des banquettes où l’on peut s’asseoir ou s’allonger à différentes hauteurs ; l’intensité de la chaleur est différente selon les niveaux. Un poêle très puissant réchauffe l’air ambiant (entre 80° et 100°C). Contrairement au hammam, la chaleur dans un sauna traditionnel est sèche et ressentie de façon plus intense.


Effets sur la santé

Dans le cas du sauna traditionnel, l’utilisateur pénètre dans un espace chauffé (d’environ 100°C). Confronté à ce choc thermique, le corps augmente les capacités de son système cardio-vasculaire pour se défendre contre cette chaleur inhabituelle afin d’éviter l’ hyperthermie [3]. L’hyperthermie est une augmentation dangereuse de la température corps suite à l’ accumulation de chaleur issue de l'environnement (à la différence de la fièvre). L’exposition à cette forte température entraîne un déséquilibre physiologique et hormonal temporaire et sans conséquences sur le long terme prouvée [4].

Le sauna est donc une épreuve cardiaque ; il a été prouvé que cet effort induit une diminution de la mortalité cardio-vasculaire [5]. Le sauna améliorerait la condition des enfants asthmatiques selon une étude Allemande [6].

Limites du sauna

Le sauna fonctionne avec une alimentation électrique, il faut compter environ 1.3 Kw d'électricité par mètre cube [7]. Il est possible d’asperger de l’eau sur des roches de lave de produire de la vapeur.

Un avis médical est fortement conseillé car de nombreuses contre-indications existent [8, 9]. Le sauna présente un danger pour les personnes atteintes de maladie cardiovasculaire non stabilisée [8], pour les personnes souffrant de maladies des artères [8] Une liste non exhaustive des personnes à risque inclut aussi : les personnes souffrant de varices et insuffisances veineuses, les diabétiques [10], des épileptique, des femmes enceinte, de la couperose, des petits vaisseaux sous-cutanés au niveau des membres inférieurs des varices.


II. Le rayonnement infrarouge : une révolution dans le monde du bien-être ?

Les effets de la chaleur sont exploités depuis très longtemps comme le montrent les traditions du sauna et du hammam. Toutefois, il n’est plus possible d’envisager le bien-être sans parler de l’infrarouge.

 

En effet, si les bienfaits de la chaleur et de la transpiration reconnus depuis l’origine de l’homme font encore aujourd’hui consensus, les risques avérés d’une exposition à une chaleur excessive et prolongée ont conduit à faire évoluer la conception des saunas.

 

Il est dorénavant possible pour le plus grand nombre de pouvoir profiter de façon moins agressive des avantages de la transpiration dans un sauna infrarouge.

1. Origine de l’utilisation des infrarouges

Les premiers à utiliser l’infrarouge pour améliorer la santé sont les cardiologues Japonais. Les recherches se regroupent sous le nom de thérapie Waon [11]. En japonais, “Waon” signifie “chaleur douce”, en opposition opposition à la chaleur importante des saunas classiques [12]. L'objectif initial était de développer un nouveau traitement pour les patients souffrant de crises cardiaques chroniques ou de maladies des artères [11, 12, 13, 14].

 

La définition officielle de la thérapie Waon [12] : le corps entier est chauffé dans une chambre pour 15 minutes à une température qui adoucit le corps et l'esprit, avec pour effet une augmentation de la température intérieure du corps d'environ 0,1 à 0,3°C, cette augmentation est maintenue pour 30 minutes environ, avec en fin de séance une absorption d'une grande quantité d'eau pour remplacer ce qui a été évacué.

 

Depuis, la technique s’est démocratisée. Les Dr. Chuwa Tei et Dr. Masaaki Miyata [17] qui ont inventé cette technologie ont mené de nombreuses études qui démontrent ses bénéfices sur la santé [15]. Les hôpitaux Japonais possèdent des centres de traitement Waon [16].

2. Démocratisation de l’infrarouge et ouverture d’un marché

Les cabines chauffantes

 

La cabine infrarouge classique ou cabine chauffante conserve une température assez élevée (entre 40° et 70°C). Elles fonctionnent exactement comme un sauna traditionnel mais avec une température un peu moins agressive. L’expérience est la même que pour un sauna traditionnel. La seule chose qui change est le mode de chauffage (pierre volcanique versus infrarouge). Les contre-indications médicales sont identiques à celles d’un sauna traditionnel.

 

Les cabines à basse température

 

La cabine infrarouge à basse température : la température reste en dessous de la zone thermoneutre de 37°C. L’expérience est très différente du sauna car la température est beaucoup moins élevée ce qui ouvre l’expérience au plus grand nombre. Ce type de cabine est très largement utilisé par la communauté médicale ce qui est un gage de sécurité et de qualité [25, 26, 27, 33, 34, 35, 36] . Les premiers à commercialiser ces cabines sont les Autrichiens dont la première cabine Physiotherm remonte à 1995 [18].

 

Une même technologie et 2 expériences différentes ?

 

Les 2 types de cabines utilisent la technologie infrarouge pourtant l’expérience utilisateur est très différente. Cela s’explique par le type de rayonnement qui est émis dans la cabine [19]. Comme il existe plusieurs types d’UV (UV-A et UV-B), il existe aussi plusieurs types d’infrarouges : les IR-A, les IR-B et les IR-C. Les cabines chauffantes émettent surtout des IR-A et IR-B alors que les cabines à basse température émettent surtout des IR-C [19]. Cela explique la différence d’expérience entre les 2 cabines. La section suivante détaille les effets des différents types d’infrarouges sur la santé.

 

Les contre indications médicales

 

Un avis médical est recommandé en cas de grossesse, maladies (par exemple troubles de la sensibilité même après des traitements cutanés, paralysie, épilepsie, cicatrices dans la région du dos, implants avec accès externe) ou prise de médicaments, en particulier lors de la prise de médicaments pouvant altérer la sensation de chaleur, veuillez parler avant utilisation de la cabine avec votre médecin.

 

L’utilisation est à éviter en cas de fièvre, d’infections et d’inflammations aiguës, de blessures fraîches, de thrombose, sous l'influence de l'alcool ou de drogues et après un bain de soleil ou une visite au solarium.

III. Quelques précisions sur le rayonnement infrarouge

1. Qu’est ce que le rayonnement infrarouge ?

Les humains ne voient pas ce rayonnement. Le préfixe “infra” signifie au-dessous de l'extrémité rouge du spectre de la lumière visible.

 

L'existence d'un rayonnement infrarouge a été mise en évidence en 1800 par William Herschel, un astronome anglais qui découvrit une chaleur marquée au delà du rouge, en faisant voyager un thermomètre dans le spectre lumineux obtenu par un prisme de verre.

2. La chaleur : propriété de ce rayonnement

En raison de ses effets chauffants et bénéfiques, le rayonnement infrarouge est souvent souvent désigné par l’appellation « rayonnement thermique » [21].

 

Sa particularité est de réchauffer le corps sans modifier la température de l'air. Ce n'est qu'à l'instant où les rayons infrarouges touchent la peau qu'ils mettent en mouvement les atomes et molécules, libérant ainsi de l'énergie que nous ressentons sous forme de chaleur.

les différent rayonnements venant du soleil, source: Le Figaro Santé [21]

Le soleil est un grand émetteur d’infrarouges [21]. Nous vivons entourés de ce rayonnement tous les jours. Les infrarouges ont contribué au développement de la vie sur terre car ils amènent de la chaleur.

3. Les différents types d’infrarouges : les IRA (Spectre complet) sont à éviter !

Le domaine infrarouge regroupe 3 types de rayonnements qui ont des propriétés différentes :

 Spectre complet

Longueur d’onde

Pénétration des tissus

Infrarouge A (IRA)

courte ( 780 - 1.400 nm)

Importante (+5mm): hypoderme (muscle,graisse)

Infrarouge B (IRB)

moyenne (1.400 - 3000 nm)

Modérée (3 mm) : épiderme, derme

Infrarouge C (IRC)

long (3.000 - 1m nm)

Superficielle (0.1 mm) : épiderme

Est que le spectre complet des infrarouges (IRA) est bon pour la santé?

Une étude de 2012 de la Commission Européenne [22] sur l’influence des infrarouges sur la peau montre que ces 3 types de rayonnements n’ont pas la même capacité de pénétration des tissus humains. Les IR-A (Spectre complet) pénètrent beaucoup plus profondément que les IR-C.

les différents types d'infrarouge et leur pénétration dans la peau, source : Commission Européenne [23]

Est que le spectre complet des infrarouges (IRA) est bon pour les yeux?

L’Organisation Internationale pour la Protection des Radiations [23] indique qu’une exposition prolongée à un rayonnement d’IRA trop puissant peut causer des dommages au niveau de l’oeil (opacité) [22, 25, 26]. Il a été prouvé que les IRC ne provoquent pas ce type de troubles [22, 23].

les différents types d'infrarouge et leur
pénétration dans l'oeil, source : Yu SY, 2006 [25]

Un rapport de 2011 du Institut National de la santé (NHS, équivalent de la Sécurité Sociale) [24] de Grande Bretagne (équivalent Sécurité Sociale) suggère qu’une exposition trop importante à des infrarouges de type A (Spectre complet) pourraient jouer un rôle dans les inflammations du derme et dans le vieillissement de la peau. Ils accentueraient les dégâts cellulaires causés par les UV après un bain de soleil [23, 24].

IV. Les innovations apportées par les cabines infrarouges à basse température

1. Une technologie sûre qui prend le meilleur de l’infrarouge : l’IRC

C’est le type de réflecteurs utilisé qui détermine l’expérience. Dans les cabines à basse température, les réflecteurs émettent 97% d’IRC et 3% d’IRB. Aucun IRA est émis. Cela garantit d’une part la sécurité absolue de l’usager et d’autre part que la température ne dépasse jamais les 37°C. 

 

A l'instant où le rayonnement infrarouge touche le dos, il transmet son énergie à la surface de la peau (pénétration de 0.1 mm [22, 23]) qui absorbe alors la chaleur. Le sang qui circule dans cette zone par des petits capillaires se réchauffe ; la circulation sanguine augmente en conséquence pour apporter du sang moins chaud et ainsi refroidir la zone [25]. La chaleur se diffuse ainsi dans le reste du corps par la circulation sanguine. Cette diffusion est douce et homogène, elle augmente la température interne (+0,1° à +0,3°C).

 

Cette augmentation subtile de la température du corps sans déclencher l’alarme de la régulation thermique permet de mettre en route de nombreuse réactions du métabolisme bénéfiques à la santé de l’usager [26, 27]. Il a été démontré qu’une exposition aux IRC avait des effets bénéfiques tout en gardant l’organisme en sécurité : 

  • Amélioration de la condition cardiaque et de la circulation du sang [12, 13, 14, 15]
  • Diminution du stress oxydant au niveau cellulaire [26]
  • Détente des contractures, soulagement du mal de dos et des tensions musculaires [27]
  • Désintoxication en profondeur et désacidification du corps par la transpiration
  • Renforcement du système immunitaire
  • Augmentation de l’élasticité musculaire et de l’extensibilité des articulations
  • Contribution à la perte de poids en complément d’un régime

2. Une sudation accrue pour évacuer les déchets de l’organisme

Aujourd’hui, si les bienfaits de la transpiration notamment sur la relaxation, la douleur ou encore sur la peau font consensus, son effet détoxifiant a fait l’objet de controverses [28,29, 30]. 

Pour comprendre ce débat, précisons en préambule que la sueur est composée principalement d’eau, d’urée, de minéraux, et de traces de polluants que l’organisme a accumulé mais dont il souhaite se débarrasser (Bisphénol A, Phtalates, mercure, etc..) [28].  

Une polémique remet en cause la capacité de la transpiration à éliminer ces polluants. Pour cause, les quantités de polluants éliminées par la transpiration seraient négligeables par rapport au rôle des reins et du foie [29, 30].  

En opposition, une rapport médical de 2012 regroupant les résultats de 24 études se montre très optimiste sur la capacité de la transpiration à détoxifier le corps [31]. Ce rapport cite par exemple les pompiers ayant secouru les victimes du World Trade Center en 2001 ; ces derniers ont bénéficié d’une cure de sauna infrarouge à basse température pour accélérer l’élimination des substances toxiques auxquelles ils ont été exposés durant l’incendie. Leur état de santé a fait l’objet d’un suivi ; et l’amélioration de leur état de santé suite à cette cure a été scientifiquement démontrée [32].

De même, au Texas et dans l'Indiana, des casernes de pompiers ont acheté des saunas infrarouges pour permettre aux pompiers d'éliminer en transpirant les produits chimiques auxquels ils ont été exposés pendant les incendies et pour prévenir les cancers [33]. 

Une autre étude de 2011 [34] révèle que du Bisphénol A (substance considérée depuis 2015 comme un cancérigène et perturbateur endocrinien) a été identifié dans la transpiration de certains patients alors qu’ils ont été dépistés négatifs à cette molécule dans les urines. L’étude démontre ainsi que l’évacuation par la transpiration est plus efficace que par les urines et que la chaleur induite par les saunas permet d’évacuer le bisphénol stocké dans les tissus adipeux.

Des conclusions identiques ont été données concernant les phtalates [35] (composé est utilisé dans l’industrie plastique  dont les  effets cancérigènes ont été prouvés sur des rongeurs).

L’arsenic, le cadmium et le mercure sont présents dans des quantités non négligeables dans la sueur. Les taux de sécrétion de ces substances sont équivalents et parfois plus élevés dans la sueur que dans les urines [36]. Cela permet de soulager l’activité du foie et des reins.

Les résultats de toutes ces recherches médicales ont largement utilisé la technologie de sauna infrarouge à basse température pour collecter la sueur [25, 26, 27, 33,34,35,36] et effectuer leurs analyses.

BIBLIOGRAPHIE

I.Les utilisations traditionnelles de la chaleur

 

1. Le hammam

[1] Les bienfaits du hammam

L'équipe Mag, « RELAXEZ-VOUS » [archive], sur https://www.lequipe.fr/, 25 février 2010 (consulté le 25 février 2010)

 

[2] Les contre-indications du hammam

Futura Science, Les contre-indications du Hammam, Interview de Dr Jacky Lesprat, 20 septembre 2010

https://www.futura-sciences.com/sante/questions-reponses/beaute-contrindications-hammam-1688/

2. Le sauna traditionnel Finlandais

 

[3] Hyperthermie

https://fr.wikipedia.org/wiki/Hyperthermie

[4] Bénéfices et risques du sauna 

Benefits and risks of sauna bathing, Minna L. Hannuksela, MD, Samer Ellahham, MD, 2001

https://www.researchgate.net/publication/12163683_Benefits_and_risks_of_sauna_bathing

 

[5] Sauna et risque cardio-vasculaire

Laukkanen T, Khan H, Zaccardi F, Laukkanen JA, Association between sauna bathing and fatal cardiovascular and all-Cause mortality events [archive], JAMA Intern Med, 2015;175:542-548

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25705824

 

[6] Sauna et asthme, les effets du sauna finlandais sec sur l’asthme des enfants

Preisler B, Falkenbach A, The effect of the Finnish dry sauna on bronchial asthma in childhood, https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/2281065

 

[7] Consommation électrique d’un sauna

https://www.nordiquefrance.com/guide-infos/guides-du-sauna/le-guide-d-achat-du-sauna/consommation-d-energie/

 

[8] Contre indications cardiaques du sauna

Benefits and risks of sauna bathing, Minna L Hannuksela, Same Ellahlman, 2001, The America Journal of Medicine

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0002934300006719

 

[9] Contre indications du sauna

Sauna, hammam : quelles sont les contre-indications absolues ? La rédaction d’Allô Docteurs, 2012

https://www.allodocteurs.fr/bien-etre-psycho/sauna-hammam-quelles-sont-les-contre-indications-absolues_5752.html

 

[10] Dangers du sauna pour les diabétiques

Association des Diabétiques du Québec

https://www.diabete.qc.ca/fr/comprendre-le-diabete/pratique/mises-en-garde/spa-sauna-et-massotherapie/

 

II. Les rayonnement infrarouge : une révolution dans le monde du bien-être

 

Origines de l’utilisation des infrarouges

 

[11] Thérapie Waon

http://www.waon-therapy.com/en/about.html

 

[12] Article fondateur de la thérapie Waon

Waon therapy improves the prognosis of patients with chronic heart failure, Takashi Kihara et al, 2008

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0914508708003286

 

[13] Thérapie Waon et maladies cardiovasculaires

Waon therapy for cardiovascular disease: innovative therapy for the 21st century, Miyata M, Tei C, 2010

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20154403

 

[14] Thérapie Waon et maladies des artères

Waon Therapy Improves Peripheral Arterial Disease, Chuwa Tei, 2007

http://www.onlinejacc.org/content/50/22/2169

 

[15] Liste des études des effets de la thérapie Waon sur la santé

http://www.waon-therapy.com/en/achievement.html

[16] Liste des hopitaux Japonais et centre de recherches sur la thérapie Waon 

- hopitaux : http://www.waon-therapy.com/hospital.html

- centre de recherche à Tokyo : http://www.waon-therapy.com/en/institute.html

[17] Les 2 chercheurs à l’origine de la thérapie Waon :

- Page web du Dr. Chuwa Tei :

https://www.researchgate.net/profile/Chuwa_Tei

- Page web du Dr . Masaaki Miyata : 

https://esc365.escardio.org/Person/23626-assocprof-miyata-masaaki / https://www.researchgate.net/profile/Masaaki_Miyata

 

2. Démocratisation de l’infrarouge et ouverture d’un marché

 

[18] Physiotherm, le leader Autrichien dans l’infrarouge

https://de.wikipedia.org/wiki/Physiotherm

 

[19] Organisation pour la Protection contre les radiations, volet sur les types de cabines infrarouges : 

https://www.icnirp.org/cms/upload/publications/ICNIRPinfrared.pdf


 

III. Quelques précisions sur le rayonnement infrarouge

 

1. Qu’est ce que le rayonnement infrarouge ?

[20] Origine des infrarouges

https://fr.wikipedia.org/wiki/Infrarouge

 

2. La chaleur : propriété de ce rayonnement

[21] Le Figaro Santé, Ces rayonnements que le soleil nous envoie, Martine Betti-Cusso, 2014

https://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/06/18/22482-ces-rayonnements-que-soleil-nous-envoie

 

3. Les différents types d’infrarouges et leurs effets sur la peau

[22] Rapport de la Commission Européenne sur les infrarouges

https://ec.europa.eu/health/scientific_committees/emerging/docs/scenihr_o_035.pdf

 

[23] Organisation pour la Protection contre les radiations, volet sur les types de cabines infrarouges : 

https://www.icnirp.org/cms/upload/publications/ICNIRPinfrared.pdf

 

[24] Article du NIH sur les IRA

The Other End of the Rainbow: Infrared and Skin, Aton M. Holzer, et al.  2011

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2926798/

 

[25] Graphique pénétration des différents rayonnements dans l’oeil : 

Ultraviolet radiation oxidative stress affects eye health, Iliya V. Ivanov, et al.  2018

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/jbio.201700377

 

[26] Infrarouge de type A et opacité de l’oeil :

Effect of infrared radiation on the lens, Eman Mohamed Aly and Eman Saad Mohamed, 2011

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3116568/

 

IV. Les nouveautés apportés par les cabines infrarouges à bassé température

 

1. Une technologie basée sur les infrarouges de type IRC

 

[25] Augmentation de la circulation sanguine au niveau de la peau par les infrarouges

Yu SY, Chiu JH, Biological effect of far-infrared therapy on increasing skin microcirculation in rats, 2006

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16606412/

 

[26] Effets bénéfiques des IR-C sur la santé

Shanshan Shui, Xia Wang, Far-infrared therapy for cardiovascular, autoimmune, and other chronic health problems: A systematic review, 2015

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4935255/

[27] Les effets des IR-C sur la santé

Far infrared radiation (FIR): its biological effects and medical applications, Fatma Vatansever, 2013

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3699878/

 

2. Une sudation accrue pour évacuer les déchets de l’organisme

 

[28] L’évacuation des toxines par la transpiration, par Dr. Joseph Mercola : 

https://www.organicconsumers.org/news/yes-you-do-sweat-out-toxins

[29] National Geographic, Vrai ou faux : transpirer permet-il d'éliminer les toxines? Erika Engelhaupt

https://www.nationalgeographic.fr/sciences/vrai-ou-faux-transpirer-permet-il-deliminer-les-toxines

[30] Can you sweat out toxins ? The New York Times, 2017, Erika Engelhaupt : 

https://www.nytimes.com/2017/08/18/well/live/can-you-sweat-out-toxins.html

[31] Monitoring of heavy metal levels in the major rivers and in residents' blood in Zhenjiang City, China, and assessment of heavy metal elimination via urine and sweat in humans. Sheng J1, et al, 2016. 

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26903134

[32] Persistent organic pollutants in 911 World Trade Center rescue workers https://www.researchgate.net/publication/6568925_Persistent_organic_pollutants_in_911_World_Trade_Center_rescue_workers_Reduction_following_detoxification

 

[33] Detox des pompiers aux USA par sauna infrarouge

https://www.govtech.com/em/disaster/Firefighters-Turn-to-Chemical-Detox-Saunas-to-Thwart-the-Cancer-Threat.html

[34] Human Excretion of Bisphenol A: Blood, Urine, and Sweat (BUS) Study, Stephen J. Genuis,, 2012

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3255175/

[35] Human Elimination of Phthalate Compounds: Blood, Urine, and Sweat (BUS) Study, Stephen J. Genuis,2012

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3504417/

 

[36] Arsenic, Cadmium, Lead, and Mercury in Sweat: A Systematic Review, Margaret E. Sears, 2012

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3312275/